Patrice Dumont, un profil rare dans la politique haïtienne

par Marc Donald Orphée
J’ai commencé à accorder une grande place à la politique haïtienne en écoutant le verbe du président Jean Bertrand Aristide, en 2002. Quoique je n’aie su ( eu égard à mon âge ) grand’ chose de la politique, j’accordais une très grande préoccupation à ses dires. Tout cela avec un style élégant, une manière de jouer avec les mots en plusieurs langues , un sensationnalisme qui faisait danser le peuple. Je ne savais pas, à l’époque, qu’il s’agissait du populisme politique. Il ne faisait qu’articuler ses discours sur les contradictions sociales, afin de trouver la sympathie des classes défavorisées.

En grandissant, j’arrive à comprendre qu’il n’était pas unique dans cet univers. Le populisme de proie a envahi le vocabulaire du politicien haïtien. On s’arme toujours du discours qui rassemble les revendications sociales, notamment celles des classes défavorisées pour la conquête du pouvoir politique. Mais après, rien n’est fait pour relancer le pays dans le cadre d’une société axée sur le progrès, sur la justice sociale … Le médecin pense que le problème du pays se résume à un déficit de politique de santé. L’agronome pense, lui -même, que le progrès du pays doit passer par la relance agricole . Ainsi de suite, les vrais problèmes auxquels le pays fait face ne sont jamais posés pour les résoudre dans la glaise du réel.

On ne fait qu’utiliser son domaine de compétence, sa sphère d’activité en guise de pondre un discours reflétant la réalité sociale du pays. Aussi bien quand quelqu’un est proche de la population, non seulement il connaît ses problèmes, il est aussi éligible que n’importe qui d’autre. Parce qu’il sait quel discours peut marcher en telle circonstance. De plus, c’est parler au nom de cette population de manière populiste qui assure la survie du pouvoir conquis. C’est cette réalité de discours avec laquelle on prend le pouvoir en Haïti.

Cependant, le grand tournant vient de marquer. Bénéficiant une occasion formidable ,Patrice Dumont vient de se poser en grand. Il vient de rompre avec le populisme de proie avec lequel on fait de la politique en Haïti.

D’abord un premier changement. Patrice Dumont est le premier haïtien candidat au sénat n’avoir pas eu le programme d’un candidat à la présidence. Il n’a aucun projet de changer le pays avec une baguette magique, comme les candidats le disent très obsessionnellement.

Sur sa page Facebook, on peut lire le message suivant :” Yon senatè dwe konprann reyalite sosyal yo men li pa la pou li fè charite . Yon senatè gen devwa pou li travay pou kreye yon anvirònman kote chak ayisyen ka fè Pwogrè” . Il s’agit là d’une transgression au formalisme du discours parlementaire haïtien.
En Haîti, les candidats à la députation et au sénat promettent tout, sauf ce qui révèle de leurs apanages . Patrice Dumont a su faire cette décantation.
De plus, en campagne électorale, Patrice Dumont est l’un des rares candidats à avoir fait le fair – play politique. Il faisait montre de sa compréhension de l’alternance politique ; il comprend la nécessité de l’opposition en politique. Avec son verbe facile, au lieu de rapetisser le candidat rival, il a de préférence travailler son discours en vue d’étayer ses visions, ses conceptions d’Haïti et son devenir.
Encore présentateur sportif à la radio Ibo, il n’ a jamais parlé de son élection. Il n’ a jamais invité ses nombreux auditeurs à voter en sa faveur. À juste titre, il a esquivait toute proposition de vote dans le cadre de son émission dénommée Sportiste Ibo. Roudy Thomas Sanon, son collègue au charme radical, l’invitait, le samedi précédant les joutes électorales :” Pepe, vin di moun yo moun yo dènye mo a non ! ” Patrice a seulement martellé: ” Bonswa tout moun ! Lendi pwochen!” .

L’autre fait qu’il faut retenir comme modèle de Patrice Dumont est qu’il accorde une grande place à la salubrité de son pays, de son département. Il est sensible pour son image. Le lendemain même des élections, il a mené, de concert avec son équipe, une vaste opération visant à retirer ses photos sur les murs de la capitale. Ce faisant, il a créé une rupture en se détachant du culte de la personnalité qui caractérise la majorité des candidats haïtiens.

Combien de fois a t-on vu de pareils gestes ?
Dans le cadre de l’édification d’une démocratie moderne, il faut privillegier l’essence de ses gestes en vue de façonner un autre type de politicien en Haïti, une forme de politicien mariant l’éthique, le respect des institutions, l’alternance politique en vue de la conquête du pouvoir politique.
On ne sait pas encore si Patrice Dumont sera élu ou pas. Rien n’empêche de le vendre comme un modèle, comme le profil rare de la politique haïtienne. Il donné à la campagne électorale( en Haïti ) un nouveau sens, une nouvelle appropriation.
James Marc Donald ORPHÉE.

One thought on “Patrice Dumont, un profil rare dans la politique haïtienne

  • February 2, 2017 at 3:30 am
    Permalink

    Une tres bonne réflexion,mais tout ça entre dans un marketing politique,et de campagne electorale aussi.Patrice essaie de projeter un autre image dans la façon de penser et de faire une campagne électorale, étant que jeune qui a un expertise dans la matière, en ce qui concerne administration de campagne électorale.Patrice Dumont a su innover, étant un communicateur .J’ai bcp appris de sa dernière campagne électorale.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *