Sauveur Pierre Étienne : Échec d`un autre intellectuel dans la politique haïtienne

par Marc Donald Orphée

Il y a un rapport déconcertant entre les intellectuels et la vie politique du pays. Depuis le processus de la formation de l’ETAT d’HAÏTI, on constatait cette complexité. L’acte d’indépendance , le premier document du processus de la formation de l’ÉTAT d’Haïti, est le premier élément caractérisant le fossé existant entre les intellectuels et la politique du pays.
Un premier fait. À l’exception des secrétaires généraux, personne d’autre n’a signé en qualité d’intellectuel. Cette tâche était plutôt de l’apanage des militaires de l’armée, parmi lesquels on peut citer : Dessalines, Magny, Yayo…Il y a là une première tentative voulant exclure les intellectuels de la vie politique du pays.
Cette conception a donné lieu par la suite à un État d’ Haïti militarisé; dans la mesure où le mobile par excellence de prendre le pouvoir politique haitien se cramponne à la logique militaire. De 1804 à 1913, un seul président civil fut élu à la magistrature suprême de l’ÉTAT: Michel Oreste. Donc, ce fossé existant entre la politique et les intellectuels a permis à Nord Alexis de battre l’éminent intellectuel, Firmin Anténor en 1902.
Il faut dire que c’est toute la génération à laquelle faisait partie Firmin qui a échoué dans son élan de briguer la magistrature suprême de l’ÉTAT haïtien. Après Firmin, Delorme a été expulsé du pays parce qu’il représentait une menace pour le président Salnave.
Dans son manuscrit intitulé La reconnaissance au général Salnave, Delorme dit qu’il avait représenté une entrave pour le président Salnave parce que tout le poids de son gouvernement reposait sur son dos. Donc, le président Salnave le faisait nommer ministre plénipotentiaire à Paris dans le but de le mettre hors d’état de nuire.

Après Demesvar Delorme, Louis Joseph Janvier a échoué à la municipalité de Port au prince . Un peu plus tard, Jean Price Mars a échoué aux élections de 1930 face à Stenio Vincent. Clément Jumelle( la figure intellectuelle des élections de 1957), économiste hautement qualifié, échouait aux dépens de François Duvalier. En 2006, Leslie François Manigat, brillant intellectuel réussi, a perdu la face aux dépens de René Préval. Et en 2010 , sa femme, Mirlande Manigat, a aussi perdu l’élection présidentielle de 2010 face au flâneur saltimbamque, Michel Martelly.
En 2015, on pouvait compter sur sauveur Pierre Étienne pour marquer un tournant décisif avec cette réalité. On sait très bien que l’homme est bien formé. Professeur à l’université, docteur, il était mieux placé pour être la figure intellectuelle dans la course présidentielle. Pourtant, comme les autres intellectuels qui lui précèdent, il a aussi échoué.

Il y a deux éléments à saisir dans l’échec de Sauveur Pierre Étienne . Non seulement il a échoué comme candidat, il a aussi échoué comme allié de support du candidat Jude Célestin. Donc, la voix intellectuelle qu’il incarne ne valait pas grand’chose dans la campagne présidentielle.
Pourquoi ce fossé entre les intellectuels et la politique en Haïti ?

Laênec Hurbon, dans son bouquin titré “Comprendre Haïti” a visité de manière savante le problème en commençant le voyage en mobilisant le texte de Franketienne intitulé “Pèlen tèt”. Notamment, il s’est focalisé sur le dialogue entre Piram(paysan ) et Polidor( intellectuel ). Il a noté cette reproche de Piram à Polidor: “‘Nou menm entèlektyèl ,nèg sèvo, gran konosò! Nou konn pouse moun fè tenten! Nou pale brodrè, simen bèl pawòl, fraz detaye analiz lojik, vide diskou gramatikal zérofot . Men, fout tounè boule-mwen! Sa sèlman nou pwòp. Parlwòl kraponnay! Mache zèpòl krochi nan tout lari ak youn chaje dokiman kanni …”

Selon les dires de Piram, l’auteur campe l’intellectuel haïtien comme un prestigidateur, l’homme de la rethorique, dont les “analyses grammatico-logique” l’empêchent de saisir la réalité.

Donc, évaluer la défaite de Sauveur Pierre Étienne comme celle d’un autre intellectuel, c’est se remonter aux rapports existant entre les intellectuels et la politique depuis l’indépendance.

James Marc Donald ORPHÉE
Étudiant en sces politiques, IERAH/UEH

One thought on “Sauveur Pierre Étienne : Échec d`un autre intellectuel dans la politique haïtienne

  • February 19, 2017 at 1:18 am
    Permalink

    Li pa gen kob pou rasemblè moun ki ka votè pou li. Si ou gen lespri fok ou gen lajan a dispozition’w tou. Sak vide pa kampè. Afer militaire a ou dwè komprann ke sèkuritè peyi , dèfans se djob miltaire se yo ki pral mouri leur gen problem donk bourik travay, chwal galonnen. Civil la gen toutt avantaj la men fardo a se sou do militaire li tè yè. Ki sa prèzident civil tè fer pou peyi pou yo mèritè pil kob yo ranmasè lan pouvoi. Gen yon logik lan aksion miltaire yo. Administrè se bien men si pa gen la paix pap gen administrasion

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *