En Haïti, le fait de voter fait-il de nous un citoyen? par Toussaint Kislon

 

La notion de citoyenneté est très souvent mal comprise par la population en sa majorité. Pour beaucoup de personnes, cela revêt un caractère d’apparence, c’est ainsi que nombre de stéréotypes ont vu le jour. Pour le gros du peuple, l’habillement est un facteur déterminant dans le cadre de la citoyenneté.

L’Observatoire Haïtien pour le Droit et la Liberté de la Presse, OHDLP, a pu remarquer que la notion même est galvaudée par les dirigeants. La Loi mère du pays dans ses articles 16 à 23 définit les critères de base pour être un citoyen à part entière. Malheureusement, le manque de formation de la population sur ses droits et devoirs encourage les hauts dignitaires de l’État à outrepasser ce qui constitue leur responsabilité. De fait, la notion de citoyenneté est réduite à une simple question de voter, de payer des taxes et de liberté d’expression, tandis que les autres responsabilités et droits de la population lui sont complètement étrangers.

Comment peut-on comprendre que le droit à la vie, à la santé est une chose que le peuple doit gagner avec tant de peines, et ce, suite à de nombreuses manifestations ponctuées de violences. Nous devons nous inquiéter grandement face à une menace qui va crescendo, il s’agit du terrorisme d’État. Comment se fait-il que l’État, grand protecteur des citoyens, se convertisse t-il en grand “ennemi” du peuple?
Comment comprend-t-on la cessation de travail des médecins dans les hôpitaux publics, alors que les grands commis de l’État se querellent entre eux pour le partage du pouvoir. La santé, ne fait-elle pas aussi partie intégrante des droits fondamentaux du citoyen en Haïti? Être citoyen en Haïti c’est quoi?
Le citoyen, toujours dans la sociologie haïtienne, est quelqu’un dit-on que la société n’a jamais réprimandé, tandis que cette même société est clivante, rongée par la corruption effrénée et l’arbitraire sans compter les violations et atteintes des Droits Humains. OHDLP encourage vivement l’État haïtien à faire du désespoir une véritable force de justice, de progrès, de liberté et de droit. Car chacun sait que le désespoir peut conduire à la haine et au repli identitaire.

A quelque moment de l’histoire, en quelque lieu du globe qu’elle surgisse, la nation abrite en son sein des valeurs universelles. De ce fait, OHDLP vous fait savoir que dans le bon sens du terme, tout Citoyen a droit à la santé, à l’éducation, au savoir, à une existence sûre, à un emploi stable, à un revenu régulier, de mettre sa famille à l’abri des humiliations, d’exercer pleinement ses responsabilités politiques et civiles, loin de tout système d’arbitraire, d’être protégé des malheurs qui offensent sa dignité. Donc, pour OHDLP, il n’est nullement question de réduire le citoyen haïtien à une simple affaire de vote, de taxes et de liberté d’expression, pendant que les autres obligations et droits sont relégués en arrière plan. Bref, l’Haïtien n’est pas un citoyen de second ordre.

L’Observatoire Haïtien pour le Droit et la Liberté de la Presse, OHDLP est entièrement d’accord avec Eugène Ionesco, lorsque celui-ci écrit : “La seule société vivante est celle où chacun peut rester autre au milieu de ses semblables”.
Vive un autre citoyen haïtien !

Toussaint Kislon
ODJSP, PKL, OHDLP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *