Vexé, Kenley Jean-Baptiste interpelle les “MADAN PAPA”

Chères jeunes filles,

La personne qui vous écrit, bien loin d’être incompatible à vos intérêts, s’élance vers un appel obstiné au regard de la nomenclature attribuée à vos égards et qui, dans une certaine mesure, va à l’encontre de la pureté morale.

Mes chères, je comprends indubitablement que la situation économique est grabataire, précaire; donc, pour ne pas dévier l’espoir, vous cherchez maintes fois à procurer des soins à vos parents qui vivent au jour là journée, en outre, vous vous battez sur toute la ligne même pour des paiements scolaires.




Je comprends bien qu’à l’heure de la mondialisation, de la globalisation, les téléphones de marques illustres ne cesseront point de se faire l’objet de votre hantise, j’en suis si sûr.

Je comprends que vous avez à vous faire journellement bon chic bon genre, ensorcelantes, habillées tout en étant tirées à quatre épingles.

Oui! Je comprends!

Je comprends que vous ne pouvez pas aisément acquérir tout ce dont vous avez besoin, surtout dans une démarche menant rigoureusement à la crédibilité et à la connexion aux valeurs.
Mais, chères jeunes filles, je veux, à travers ces lignes , pleurer toutes les larmes de mon corps afin d’exprimer mon mécontentement et dire ouvertement que ” c’en est assez! ”

Alors, à l’instar de Og Mandino, je suis appelé à dire que vous êtes logiquement des miracles, valeureuses en fonction de la force intérieure.
Au fait, pourquoi faire preuve de bassesse d’esprit en humiliant des jeunes sérieux au profit des “Papa” qui pillent et gaspillent?
Pourquoi le jeune vous flatte-t-il alors que le “Papa” vous raccroche au nez, au téléphone, à chaque instant? Malgré les harcèlements, vous y demeurez encore… c’est abracadabrant!




Pourquoi êtes-vous vous-mêmes?
Faut-il vraiment suspecter que cela rentre dans le cadre d’une fierté?

Mes chères, à vous dire vrai, “Madan papa”, c’est une façon à la société de vous jeter dans la poubelle de l’histoire, même si vous avez péremptoirement un corps pour la piscine, des oreilles pour des Galaxy S5, une bouche pour quémander des mille gourdes et un vagin en vue de justifier que vous êtes à cuisses hospitalières.

“Madan papa”, c’est le bruit qui dénote la nullité de votre courage d’agir, de créer, d’innover comme jeunes. Je ne suis pas d’avis qu’avec cette nomenclature vous vous sentez femmes. En clair, en fonction de la même conception de Simone de Beauvoir, je réclame en vous la volonté de devenir de vraies femmes, des images de valeurs, conscientes de la féminité.
James-Kenley Jean-Baptiste
Jeune conférencier
Roikenley@gmail.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *