Port-de-paix/black-out : le jeune Steeven Oscar se révolte!

Il demeure encore un défi immense pour (EDH) d’alimenter le périmètre de la ville de Port-de-Paix; l’incapacité de fournir une quantité d’électricité adéquate et le besoin de réaménager le système qui semble dysfonctionnel depuis quelques semaines, révèle , entre autre, la gravité du sort de cette ville de l’obscurité.
Au XXIe siècle, un pays ou une région doit être électrifiée. À proprement parler, l’électricité est à la base de toute société contemporaine. Mais, loin de là, aucun sens de responsabilité ne s’y prouve, surtout dans ce coin de vie. L’analyse renvoie à la justesse des faits saillants.

Il y a longtemps cette coutume demeure de façon dominatrice (rationnement) et que Port-de-Paix reste l’une des villes où les dirigeants semblent être insouciants et n’y pensent apporter aucune solution qui pourrait contribuer au développement, aussi à l’électrification journalière de cette ville. Cela fait quelques semaines depuis que les périmètres de cette ville sont alimentés
par la luciole (kwiy kwuiy), le fait qu’EDH ne fonctionne guère . Cette situation pénible peut provoquer d’autres facteurs de troubles : insécurité, viol, meurtre et bien d’autres encore. Qui sera responsable? Nous sommes l’agent constructif exigeant un changement pluridimensionnel, donc, nous passons à l’attaque afin que cette nature (black-out) s’efface. Car, on ne souhaite de rééditer tout le temps cette locution : ” chasse le naturel, il revient au galop et que l’habitude soit une seconde nature.”

En effet, la majorité des entreprises qui fournissent le service au bien-être de la population du Nord-Ouest est à Port-de-Paix. Alors, pour jouir le droit à l’électricité, les agents économiques devraient dire ” NON”. Sans quoi l’idée de projeter nos regards sur les autres villes du pays est loin d’exister; personne ne peut parler d’équitables valeurs sur les services et le respect des droits humains. Par contre, les médias ont un rôle à jouer, une nette sensibilisation pourrait aider à comprendre l’essor des difficultés que confronte cette population. C’est une occasion pour nous autres de porter atteintes à la solution du problème face aux critiques des autres gens des villes du pays.

À l’Etat d’agir!
Steven Oscar, citoyen engagé
Étudiant en droit

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *