Nord-Ouest/Culture: le groupe Samba Zélé prend son envol !

“Samba Zélé dans le Nord’ouest”

L’art a toujours été une activité désinteressée dans le Nord-ouest. Au fil du temps, des jeunes conscients et compétents se trouvent contraints, après constat de leur passivité et leur degré d’implication dans l’état déplorable du département, à faire de l’art une porte à sortie pour ce dernier. Malgré la lourdité de la tâche, ils n’ont jamais cessé de produire et de reproduire des objets qui constituaient notre valeur et notre force dans le temps: des bracelets et chaînes fabriqués de pierres taillées, portant le nom du demandeur. Ce qui est plus épatant dans tout cela, c’est la description de la réalité dans les pièces de théatre qu’ils écrivent et leur façon d’exprimer leurs sentiments et ceux d’une majorité à travers cette noble activité. Rares sont ceux qui se livrent dans une perspective de combat pour la sauvegarde des valeurs de son pays. Par contre, se retirant de la masse critique passive, SAMBA ZELE s’adonne à l’art afin de refaire l’histoire artistique de son pays, de son département en particulier.

Samba Zélé, troupe formée uniquement de jeunes sangs appelés “Sambas”, est, depuis sa conception jusqu’à ce qu’elle est aujourd’hui, un organe ayant pour mission de promouvoir la culture littéraire dans le département, de faire revivre l’histoire à travers les pièces, d’encadrer ce que nous avons de plus importants comme culture, et finalement de former une jeunesse prête à se livrer à la recherche d’une nouvelle façon de concevoir l’art pour mieux non seulement revivre son histoire, mais aussi celle de son pays.

Aujourd’hui, grâce à ses éblouïssantes oeuvres, Samba Zélé est connue de tous. Sa popularité, et déjà sa célébrité, sont marquées par la détermination et par le fruit d’un long et difficile trajet. Elle a déjà atteint la maturité qu’il faut; mais ça s’arrête pas là.

Les jeunes Sambas sont toujours ensemble: “Jamais deux sans moi”. La troupe est marquée par une fraternité inébranlable qui fait sugir entr’eux des pseudos comme: sèsè, frèrè, frèranm, sèranm, etc. Rien ne les dérange. “manman”, voilà le slogan qui explique leur contentement. Tu trouves ça bizarre?

En dépit des difficultés, des contraintes et des épreuves, Samba Zélé tient et tiendra encore plus ferme le flambeau de l’art dans le département et continuera à sensibiliser les jeunes à le pratiquer, à être prêt à se sacrifier et à continuer à se battre pour leur rêve. Par dessus tout, Samba a grand besoin de ces frères et soeurs du département pour mieux accomplir cette tâche indélébile.

Shervens Joseph
Étudiant en droit

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *