Un étudiant félicite Privert pour le dynamisme de son administration!

Lettre ouverte à son excellence Jocelerme PRIVERT, Président de la république.

Port -au- Prince, le 5 février 2017

Monsieur le Président de la République,

Je vous écris une lettre dont je souhaite votre lecture. Si je vous écris, si je prends ma plume pour parler de vous, c’est pour saluer votre dynamisme à la tête de l’État , et surtout votre compréhension des valeurs démocratiques.

Bénéficiant d’un mandat de réaliser des élections, vous avez mis votre grandeur d’homme au service de cette cause. Vous avez gagné le pari. Non seulement les élections ont eu lieu, mais aussi vous avez fait restaurer les équilibres nécessaires à l’exercice démocratique .

Fort de la pauvreté à laquelle le pays est en proie, vous avez utilisé les fonds de l’État pour réaliser les
élections. Combien titanesque est ce geste patriotique !

Dans deux jours, vous allez céder votre place, comme vous l’avez souhaité, à un président élu. Membre d’un parti politique, vous allez le remettre à quelqu’un qui n’est pas de votre camp politique politique. Vous ne vous faites que plier à la logique de la majorité. Vous avez compris que la divergence est démocratique, que s’opposer sur l’essentiel est suicidaire . Toute la République doit être fière de vous.

Monsieur le Président,

Le destin a voulu que vous soyez Président pour renforcer la fraternité dans le pays. En une année, vous avez assumé toutes les contraintes, vous avez préservé les acquis sociaux et engrangé des avancées majeures pour renforcer la démocratie dans le pays.

Je ne compte pas faire votre bilan. Mais votre passage à la tête de l’État est un héritage politique qui peut jouer un rôle moteur pour la mise en oeuvre d’une autre société haïtienne, celle qui favorisera la justice, l’indépendance , la fraternité , la solidarité…

Comme vous aimez le rappeler : “Je suis un ancien prisonnier”; vous avez transformé cette douloureuse expérience en luttes sociales dans le souci de tirer chacun au sommet de sa personne pour dissiper les vieilles querelles fratricides qui obstruent le bon développement du pays. Votre passage à la tête est expressif de concorde et de dignité nationales.

Lors de votre participation au 5ème sommet de la communauté d’ETATS Latino et Caraibes ( C.E.L.A.C),
vous avez sollicité la solidarité internationale à la prochaine administration du président élu, Jovenel Moise, parce que vous croyez qu’il a besoin de ce soutien pour la réussite de son quinquennat, dans le but de travailler au destin collectif de la nation.

Votre appel est celui d’un exemple dont nous avons besoin aujourd’hui pour nous dépasser , parce que c’est le sens de l’action que nous devons engager pour nous réconcilier autour d’une même fierté, celle d’être haïtiens. Je souhaite que le nouveau président élu prenne votre maturité et votre sens de l’État comme exemples, ce qui seraient autant d’exemples évocateurs pour la nation haïtienne.

Soyez donc remercié, monsieur le Président, pour vos leçons de fraternité, d’indépendance…
Votre nom sera écrit en lettres d’or dans les annales de la république pour avoir oeuvré dans le sens de l’intérêt collectif. Vous vous donniez pour tâche la mission de réaliser les élections dans le pays, d’apaiser les tensions pour revenir au calme, vous l’avez fait avec dextérité. Quand vous ne serez plus là pour parler de vous et de vos actions, l’histoire, immanquable au devoir, le fera à votre place. Parce que “Ça n’a pas dérangé”.

En quittant le pouvoir le 7 février de ce mois en cours, soit dans deux jours, vous n’allez certainement pas nous quitter. Votre personnalité doit servir d’exemple en vue de tisser de bons rapports avec la chose publique. J’espère que la nation haïtienne a pris note.

Je salue vous-même et votre famille.

Avec mes salutations patriotiques !
James Marc Donald ORPHÉE

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *