Quel est le statut de la femme du président Jovenel Moise ?

À l’occasion de l’investiture de son époux le 7 février dernier, madame Martine Moise s’est faite remarquer par sa robe en rouge de couleur trop vive au goût de certains internautes. Pour certains, ce n’était pas une tenue convenable reflétant la journée de l’investiture ; tandis que, pour d’autres, sa robe incarnait bien la femme haïtienne, notamment le symbolisme de l’Arcahaie puisque la robe qu’elle portait avait une ceinture bleue( ce qui traduit la couleur du drapeau haïtien ). On comprend qu’il s’agissait d’une question de goût: Subjectivité, relativité …

Cependant, depuis après l’investiture du président, madame Martine Moise ne cesse de se faire critiquer sur les réseaux par ses interventions publiques.
D’abord, à Chansolme, l’épouse du président a promis aux gens une école. Et, dans une récente lettre ouverte ouverte à Michelle Benette, ex épouse du président Jean Claude Duvalier, dans laquelle on peut lire les phrases suivantes: ” Chère Michèle, mon mari et moi avons pour devoir de prêter une oreille attentive à la population pour agir en fonction de leur besoin afin d’améliorer leur condition de vie. Notre mission c’est de nous assurer qu’il n’existe aucune barrière entre nos compatriotes qu’ils soient de la capitale ou de nos villes de province. Pour ce faire, le Président de la République ne tolèrera aucune injustice, il aura pour boussole la constitution et les lois de la République”.
Ainsi, on commence à se questionner sur son statut d’épouse du président. A t- elle un statut social ou politique ? Est-elle une fonctionnaire de l’ÉTAT ? Est- ce qu’elle peut avoir de l’influence sur le fonctionnement de la vie politique? Qui est elle véritablement ?

De prime abord, on rappelle que la femme du président n’a aucun statut légal et officiel. De plus, la constitution haïtienne n’a jamais encadré le statut de la femme du président.

À plus forte raison, aucun texte juridique ne définit l’existence de la femme du président. Aucun texte juridique ne lui accorde non plus des privilèges particuliers. Dans ce cas, la femme du président n’a aucune existence officielle. En tant qu’épouse du président, elle a une place spéciale auprès de son mari. Elle peut assurer la vie privée du président. Mais elle n’a aucun cadrage institutionnel.

Voilà qui oblige la femme du président à rester dans l’ombre. Et même au niveau social et politique, la femme du président de la République ne peut pas engager l’État. N’ayant pas d’existence officielle, elle a droit à une certaine retenue pour ne pas contrarier la politique du président.
Mais, cette attitude d’être au premier plan quand on est la femme du président de la republique est historique. Sous la dictature de Jean Claude Duvalier, Michelle Benette , occupait une place de choix dans les directives de la politique du président. Son influence se faisait sentir même dans la nomination des hauts fonctionnaires de l’ÉTAT.

Alors que la femme du président doit être prise comme telle. Elle n’a pas aucun statut officiel. En cas de décès, elle n’a pas de funérailles officielles . Elle n’est pas payée en fonction du budget de l’ÉTAT.

Avec toutes ces précisions légales, on comprend très mal les interventions de l’épouse du président Jovenel. À bien comprendre, cette analyse se situe dans une perspective de commenter les interventions publiques de l’épouse du président. Pour le reste, elle peut faire ce qu’elle en veut.
James Marc Donald ORPHÉE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *