De la valorisation du créole en Haïti! Saïka Céus en fait une plaidoirie.

Dans notre constitution, précisément dans l’article 5, il est écrit  clairement  que nous avons deux langues officielle mais à peu près 10% de la population s’expriment  en français.

Notre langue première, notre patrimoine, notre héritage maternel est le créole cependant nous affichons un réel complexe face à cette langue.  Les chaines de l’esclavage nous entravant encore la pensée, nous foulons allègrement aux pieds notre créole au profit d’une autre langue qui crée un handicap pour la la majorité de la population.




 Nous pouvons presque tous témoigner de cette restriction concernant notre langue maternelle à l’école.   Plus d’un se souvient sans doute avoir parlé créole en classe et s’être fait ramener à l’ordre par cette fameuse phrase « Exprimez-vous! »  Quand nous infligeons cela à un enfant,  nous méprisons les exploits de nos héros.  Sans aucun doute, ce sont ces enfants que nous retrouvons, adultes, dans nos administrations publiques et qui nous réservent un traitement selon que nous nous exprimions en créole ou français.  Chaque fois que nous dénigrons notre créole d’une façon ou d’une autre, nous refaisons vertières, nous réécrivons l’histoire, nous proclamons esclaves et brûlons symboliquement l’acte de l’indépendance.
 Le créole ne figure pas vraiment dans notre administration, il est rare dans nos presses écrites et est quasiment absent dans nos manuels scolaires.  Ce n’est pas exagéré de soutenir qu’il est méprisé dans l’éducation de nos enfants.  Pour la majorité des familles, le créole est la seule langue qu’elles connaissent et à ceci il faut ajouter que notre programme d’alphabétisation est essentiellement en créole. Certains des citoyens connus comme  intellectuels,  ne peuvent ni lire le créole, ni l’écrire.
Oui! je le confirme…




Nous avons dans nos têtes les mêmes chaines et dans notre âme la brûlure du fer incandescent qui nous empêchent de nous voir autre qu’esclaves et pour preuve, me voilà, en une criante contradiction avec mes mots en train de faire une plaidoirie en faveur du créole en français.  Ce n’est pas un crime mais si nous voulons vraiment un changement, il faut commencer maintenant et de plus quelle est la meilleure façon de sensibiliser une population? Lui parler dans une langue qu’elle comprend bien et le créole peut très bien se défendre.
Nan memwa Pradel Pompilus, Pierre Vernet ak latriye lòt potorik gason ki batay pou lang kreyòl lan, ann koze sou pwoblèm kreyòl lan nan lang manman nou.
Aprè nou fin bay peyi nou batistè epi kanpe an granmoun nan lakou nou, nou pase on bann tan kite kreyòl lan 2 bra pandje paske nou pat rekonèt li kòm lang peyi an malgre se nan lang sa tout popilasyon an regle kòz yo.  Se jis byen ta bò zòn milnèfsanswasannkat (1964) nou kòmanse ap louvri chimen pou kreyòl la men son lang bèkèkè paske jis jounen jodi an, timoun nou yo aprann an fransè.  Kisa w vle timoun nan konprann nan koze Kritòf Kolon ki debake sou tè sa ak yon makòn Panyòl parèy li ki ratibwaze endyen ki te la, kijan istwa lè yo fin tchwe tout endyen yo, epi al ranmase grann nou, gran papa nou pou vin chwe ak yo isit ap make konsyans li?  Timoun sa ki sòti nan yon fanmi ki pa pale fransè nan yon gwo lite.  Se pou w konprann yon lang, se pou w pale li anvan ou etidye ladan l. Li gen pou l ap bat leson li pa kè pou li ka pa pran zewo.  Dayè lè w tande timoun sa yo ap etidye, tout mo yo fè yon sèl, wa tande y ap di « Kawonabofumizanprizon, Ayizabela ».  Pou m pale klè ak nou, se lè m pi gran m ap konprann sa mwen te etidye nan ti liv istwa a, nan liv sivik ak moral lan.  M panse m ka di se nòmal ke pifò ayisyen ap chache kòd lonbrit tankou zegwi ki anfouraye, se nòmal pou fyète pou peyi nou pa donnen nan nou, se nòmal tou pou pifò ayisyen tankou moun ki sou stannbay nan peyi yo.  Joumou pa janm donnen kalbas, ou ka tounen pwatann nan tann yon mirak konsa kidonk nou pap rive lwen toutotan nou pa konprann valè kreyòl la epi bale tout vye kwayans ki nan nou. Nan tèt pifò nan nou se lè yon moun pale fransè, li fòme, se gwo palto. Depi li ap degrennen franse lage nan djakout nou, nou trete li yon lòt jan epi kou se kreyòl lan li manke nan je nou. Fòk nou kòmanse fè granpanpan ak kreyòl lan tou. Fòk timoun nan santi li fyè paske l ap pale kreyòl, sispann di li ou voye li lekòl epi yon bwa kreyòl kenbe rèd kon ke makak nan men li. Wi nou dakò yon timoun ka pale fransè kou pipirit e li ka pale disèt lang menm si li vle men fòk li santi li fyè Pou li pale kreyòl kòmsadwa ekri kreyòl lan byen tou epi pote kole pou avanse ak literati kreyòl lan. Pa gen fyète pou w di ou pa li ni ekri kreyol, santi se yon enjistis yo fe w pito.
Mwen pap janm di pou nou jete fransè lwen paske pitit adoptif se pitit, la lwa rekonèt sa men se pa yon rezon pou manman ak papa bliye pitit li redi pouse an tou.  Li lè li tan pou nou kòmanse foure kreyòl nan administrasyon nou yo.  Li lè li tan pou nou sispann kenbe kreyòl lan tankou zam kanpay nou sèlman.  Kounya la, nou sipoze mande tèt nou kisa nou ka fè pou nou chanje sa.  Mwen menm kisa m ka fè pou chanje sa?
Poukòm, m pa ka fè kichòy, men men anpil chay pa lou, si nou chak grenn pran konsyans, nou ka leve kanpe, makonnen volonte nou ansanm ak batay sa ke plizyè grandèt kòmanse anvan nou pou nou bay kreyòl lan plas li.  Annou aprann renmen kreyòl lan, ann aprann ekri kreyòl.  Annou pale kreyòl paske lang yon pèp se nannan kilti li, paske kreyòl lan se yon mapou nan eritaj nou.  Menm jan ak yon kafe nwa kap simaye bon sant pou mete sou liy menm sa nou pa wè yo, menm jan yon tchaka di w ke se yon kabrit tomazo menm plim menm plimay ak ou ki nan bren an, menm jan yon pitimi chandèl ka di w sa se yon pitit Titi cheri (Ayiticheri) ki sòti Koridon ki la, menm jan konparèt an di w se moun Jeremi ki tabli la, se menm jan an Kreyòl Ayisyen an di w nou se Ayisyen e chak grenn mo se moso listwa nou.
Ann pale kreyòl, ann renmen kreyòl, se kreyòl nou ye.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *