Oui! “Krèk Koko” peut être Sénatrice de la République! Kenley J.B. argumente…

J’ai suivi avec attention la grande séance de ratification du Premier Ministre nommé, Guy Lafontant. À l’instar d’une myriade de compatriotes, l’intervention du Sénateur Jean-Renel Sénatus s’appuyant sur la citoyenne communément appelée “Krèk Koko” ne m’a pas échappé, et a suscité soudainement diverses réflexions de mon côté tant sur le plan social, juridique que politique.

De façon discriminatoire, le Sénateur a martelé fermement ses phrases juste pour montrer le niveau de bassesse d’esprit de certains parlementaires. D’où, de son point de vue, Krèk Koko est folle, écervelée, et delà, on doit lui écarter du champ social. D’un regard purement logique ou scientifique, je veux nuancer les propos à propos de l’artiste hautement reconnue. Comme l’a souligné le Sénateur Antonio Cheramy, on ne peut pas bafouer sa capacité excessivement considérable par rapport à l’art, son aptitude vis-à-vis de la création.




Donc, nier cet élan idéel, c’est de la discrimination. Krèk Koko, à la vérité, est une citoyenne. Comme tous les citoyens haïtiens, elle doit obligatoirement jouir de ses droits civils et politiques, ce qui est clair à travers l’article 16 de la constitution de la république d’Haïti de 1987, amendée le 9 mai 2011. Aussi, comme tout le monde, elle a le droit de s’exprimer librement en toute matière par la voie qu’elle choisit. Je n’invente rien, cela est justifié dans l’article 28. Je ne peux me prononcer sur son état d’esprit.

À mon avis, elle n’est pas folle. Et je crois fermement qu’aucun psychologue n’ait jamais eu à se prononcer ouvertement auprès de Krèk Koko, après une etude ou une analyse psychologique. À mon avis, on ne doit point ériger des barrières à Krèk Koko. À bien penser, est-ce qu’elle ne peut pas devenir Sénatrice? Répondrait-elle au juste aux exigences de toutes éventuelles recommandations? Telles sont donc des questions pertinentes…

J’ai lu l’année dernière le décret électoral; avec toutes les attentions considerables, j’ai pu véritablement verifier toutes les exigences à l’intention d’un citoyen visant à être élu comme sénateur de la république. Je ne vise pas à me faire l’avocat de Krèk Koko, la seule chose à admettre, elle serait prête à répondre à toutes les obligations mentionnées au décret. Ayant toute sa liberté, légale, elle n’a pas été condamnée à une peine afflictive et infamante. En plus, elle exerce son talent avec aisance relationnelle.




Je ne suis pas d’avis qu’une folle serait invitée à Canal musical de la Radio Caraïbes, tous ces gestes comptent pour ne pas nier malhonnêtement le statut de l’artiste comme citoyenne. À la lumière de cette demarche, je dis pas que je souhaite l’avoir comme parlementaire, mais je voulais faire le point sur sa qualité en ce qui a trait à la citoyenneté, ce qui fait qu’elle peut être sous la jouissance de ses droits civils et politiques.

Kenley Jean-Baptiste Haïti (Facebook)
Courriel : roikenley@gmail.com
Réagissez : haitireyel2017@gmail.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *