Haïti et l’emprise des ténèbres! Par Petit-Nord Mercidieu

La République d’Haïti est née dans des conditions historiques difficiles. La révolution haïtienne c’était une lutte sanglante depuis 13 ans de 1791 à 1804. 1791, c’est la date de la révolte des esclaves dans le Nord précisément dans la nuit du 22 Août avec Bookman à la tête des esclaves révoltés. Et 1804, la date de notre indépendance, à travers laquelle nous avons proclamé officiellement l’indépendance de l’État haïtien.




Mais, pour mener la bataille qui aboutisse en 1803 précisément avec la bataille de Vertières 18 novembre , il y avait des figures emblématiques que l’on appelle aujourd’hui des Héros à savoir Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines, Henry Christophe, François Capois, Alexandre Pétion, pour ne citer ces noms. En effet, dorénavant, n’est-il pas nécessaire que nos politiciens actuels s’inspirent de ces gens que nous venons de citer ci-dessus? De plus, est-ce que ces héros ne faisaient pas de la politique? Moi, à mon humble avis, je pense que oui, ils font bel et bien la politique. Parce que la politique en soi, c’est la capacité de bien gérer la cité c’est dire gérer les biens publics, comme les administrations publiques.

Cependant, ceux qui font de la politique actuelle, fait de la politique leurs propres entreprises considérant le rôle d’un entrepreneur c’est de maximiser les profits. Ceci est très évident d’une part, par rapport au choix du premier ministre Jacques Guy Lafontant. Et d’autre part, par le processus de sa ratification. Tout pays est régi par des lois, cela dit pour que quelq’un est devenu Premier Ministre, la loi lui donne une certaine obligation.

Comme nous dit la constitution de 1987 dans son article 157 qui stipule: pour être Premier Ministre, il faut:
1) Être Haïtien d’origine et n’avoir jamais renoncé à sa nationalité,
2) Être âgé de (30) ans accomplis,
3) Jouir de ses droits civils et Politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive et infamante
4) Être propriétaire en Haïti, ou exercer une profession,
5) Résider dans le pays depuis cinq (5) années consécutives,
6) Avoir reçu décharge de sa gestion si ont a été comptable des derniers publics.




Est ce que ce sont ces obligations que le parlement mis évidence pour la ratification du PM nommé? Bien-sûr que non, ce sont plutôt sur comment le gâteau sera distribué. Par contre, dans l’esprit des lois, Montesquieu fait mention de la séparation des pouvoirs à savoir : L’exécutif, le législatif et le Judiciaire. Et chacun a son rôle à jouer dans le pays . Par contre, en Haïti tout cela ne respecte pas, parfois l’exécutif joue le rôle de législatif, du judiciaire et de législatif. Ainsi que législatif parfois veut remplacer l’exécutif et le Judicaire. Et le Judicaire lui-même a certaine fois tendance de le transformer en une marchandise de hautes qualités à vendre.

De ce fait, ce sont ceux qui détiennent plus de moyens économiques qui peuvent l’acheter. Sur toutes ces anomalies, je me demande où est Haïti dans tout ça? Au terme de tout cela, nous pouvons constater que le pays est loin d’être pays dans lequel les dirigeants participent au grand changement. Donc, s’il n’y aurait pas une prise de conscience chez tous les haïtiens en général, le pays ne cessera plus de submerger.

Petit-Nord Mercidieu, Étudiant en Histoire à l’UEH.
Haitireyel2017@gmail.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *