Où sont les fils du Nord-Ouest? Luigi François vous interpelle!

J’ai encore enfoui dans ma tête ces merveilleuses images de cette ville; décorée à l’occasion de la Noël, lors des ambiances festives que nous autres autochtones ne devions pas, cette année là tout comme les précédentes, à l’État, plus précisément la Mairie de la ville, nous le devions à un commerçant connu et aimé de tous (Oreste) qui volontairement s’assurait de la décoration d’une bonne partie de la ville. J’ai encore enfoui dans ma tête l’image de moi, de mes tantes et oncles, chez Oreste à boire de la crème à la glace en mangeant du popcorn.




Aujourd’hui Chez Oreste n’existe plus, la dernière fois que j’ai eu vent des locaux, ils étaient envahis par les marchands de tissu. Bonjour/Bonsoir, on est le 28 Mars 2017, les images que vous voyez défiler sont celles de la Vallée des délices, aujourd’hui devenue pire qu’une porcherie, c’est à se demander comment font les gens pour y vivre. Cela fait déja 7 mois que je n’ai pas eu la chance de voir cette ville, mais que dis-je ? Ma ville! Je ne pensais pas que la situation était aussi alarmante lorsque j’ai lu deux Tweets d’un ami : << Nou Lage wi la a. Janrabel ak Podpè tet dwat. M pral koute #EdlozLive kom oditè. Good luck medam @francois_luigi ma salye moun lakay ou.>> telle est sa facon bien particulière de me dire qu’il se rendait à Port-de-Paix.

Et ensuite, comme un couperet << Palmantè Nodwès yo ta dwe fe yon ti ralanti sou politik pou yo fokis sou eta wout nan depatman sa a. Yo pa bon menm>> Connaissant le sérieux de cette personne, je me suis dit que la situation semblerait horriblement mauvaise. Quelques jours plus tard, des photos postées sur Facebook par (PortDePaixSpotlight) ne faisaient que me confirmer combien ignoble est devenue la ville, j’en ai eu les larmes aux yeux. Aujourd’hui, 5 minutes de pluie rend la ville semblable à celle de Jérémie le lendemain de Matthew, et pourtant, de l’argent et du temps ont été mis à disposition pour refaire les canalisations; l’un des plus grands problèmes de la Cité de Capois la Mort.

C’est en effet bien triste de se rappeler qu’en 2009, une enveloppe de 10 millions US de la Banque Interaméricaine de Développement; destinée à des travaux de canalisation de la ville a été gaspillée dans des travaux interminables dont on cherche encore les résultats. Cela fait plus de 10 ans que différents hommes politiques font de ces promesses de mieux-être pour la ville leur principal outil de campagne : Nous avons grand besoin de réhabiliter les tronçons routiers de Port-de-Paix jusqu’à Saint-Louis du Nord, mais aussi de Port-De-Paix et Jean Rabel jusqu’au MôleSaint Nicolas, zone potentielle de rentabilité. La ville doit être électrifiée. La relance de l’agriculture doit être faite. Tout cela est vrai. .. Mais une fois élus, les politiciens deviennent rares, nous n’entendons plus le même son de cloche, et cela dure maintenant 10 ans pour les résultats que nous connaissons tous: le néant!




Ce texte est un appel aux jeunes de la ville, aux notables, aux vieux de cette ville, aux dignes fils et filles vivant à l’étranger et qui portent encore un intérêt à la Vallée des Délices. Ceci est un appel de détresse aux légions de personnes qui fulminent sur les réseaux sociaux et les stations de radio quand quelqu’un décrit Port-De-Paix comme une porcherie; Ce n’est plus à l’Etat de faire quelque chose pour Port-de-Paix, nous sommes restés assis à attendre pendant plus de 15 ans. Il est grand temps d’agir ! Où sont donc passés tous les “Oreste” de la cité de Capois? Il est grand temps de nous réunir pour changer et améliorer l’image de notre ville. Mettons donc fin à ce supplice! Ceci est le cri d’espoir d’un digne fils de cette ville. Pòtpe Kouraj ! Pitit ou yo pap Kitew Peri !!

François Luigi Claudio
Etudiant en Relations Internationales

One thought on “Où sont les fils du Nord-Ouest? Luigi François vous interpelle!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *