Jeux à Port-au-Prince : Entre le traditionnel et l`électronique!

Complexité entre nos jeux traditionnels et les jeux électroniques, cas du Cerf-volant à Port-Prince et à Delmas (de 2010 à 2017). On n’oubliera jamais les époques où nos jeux traditionnels(J.T) construisaient et resserraient les liens sociaux. Les téléphones portables et les jeux électroniques(J.E) (Nintendo, Xbox, Play Station, etc.) étaient difficiles d’accès aux jeunes haïtiens.




On n’oubliera jamais les périodes où la pratique du cerf-volant était l’un des divertissements saisonniers et populaires du pays, surtout à Port-au-Prince et à Delmas. Les artisans exposaient leur production un peu partout. Les cerfs-volistes s’éparpillaient dans les ruelles, sur les plages, sur les terrains, sur les balcons, sur les toits des maisons pour lancer leurs cerfs-volants (monte Kap). Le ciel était rempli de cerfs-volants multicolores de toutes dimensions, de toutes couleurs et de toutes formes. Les combats de cerf-volant(Koule) provoquaient une ambiance euphorique.
Cependant, après le séisme du 12 janvier 2010, on a constaté que les jeunes des deux communes ont fait l’appropriation de nouvelles pratiques et de nouveaux divertissements, dont les J.E. On observe une diminution conséquente d’artisans fabriquant de cerfs-volants. De ce fait, on va essayer de comprendre les principales conséquences de cette complexité, ainsi que les principales causes de ces conséquences. A travers une démarche exploratoire menée au niveau de Saint Martin, Bel Air, Fort National, poste-Marchand, Saint-Gérard, Bourdon, de Delmas A1 jusqu’à Delmas 33, on a fini par comprendre que : Les jeunes sont passionnés des J.E au détriment des J.T.
Partout dans les localités, on a trouvé des espaces de jeux vidéo où les jeunes viennent se divertir quotidiennement. De plus, ceux ayant un Smartphone, possèdent au moins deux applications de jeux. Ils cherchent à se ressembler aux autres nations dont les américains(Yankees).




Les artisans sont démotivés pour la fabrication du cerf-volant à cause d’une absence de valorisation de la pratique de la part des autorités locales. Ils ont relaté qu’à un certain temps, l’activité a généré un peu de devises. Les parents ont fait le déplacement avec leurs enfants pour acheter des cerfs-volants. Maintenant, ce n’est plus le cas.
Durant ces sept dernières années, on a assisté à une complexité entre nos J.T et les J.E à Port-au-Prince et à Delmas. Cette complexité a débouché sur le désintéressement des jeunes pour la pratique du cerf-volant et la démotivation des artisans pour la production. Cette situation entraine le déclin de la pratique. Les jeunes ne l’approprient pas véritablement. Ils ont une passion intense pour les J.E, dont le Play Station, l’Xbox, et les jeux téléphoniques. Ce déclin est causé par l’inefficacité du Ministère de la Culture et de la Communication à la valorisation de nos J.T.
De plus, par la mondialisation exigeant l’homogénéisation dans tous les domaines. Que ce soit de la politique, de l’économie, de la culture etc. On invite d’autres apprentis chercheurs et chercheurs à réfléchir sur nos J.T. De ce fait, on aimerait terminer en posant quelques questions : Ce dit déclin, se trouve-t-il sur tout le territoire national ? Aujourd’hui, peut-on parler de déclin de tous nos J.T? Peut-on envisager à la numérisation de nos J.T ? Quels devraient être les rôles des autorités locales (Ministère de la culture et de la Communication, les Mairies) dans la valorisation de nos J.T ?




Pouchonley SERIPHIN
Etudiant en 4ème année, en Patrimoine et Tourisme l’IERAH/ISERSS
Tel : 3644-9532 E-mail : seriphinpouchon@yahoo.fr

One thought on “Jeux à Port-au-Prince : Entre le traditionnel et l`électronique!

  • April 14, 2017 at 5:33 pm
    Permalink

    verite a l’etat pure

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *