CINECOLO-HAÏTI / Université Verte : Remise de certificat aux différents participants

L’Association CINECOLO-HAÏTI a procédé ce jeudi à la remise de certificat aux différents jeunes ayant participé à son Université d’été sur l’environnement baptisée : Université Verte.

Inscrite dans une dynamique d’échanges et de formation, l’Université verte avait pour viser principal d’outiller les jeunes afin de mieux saisir, comprendre, expliquer et analyser en toute profondeur la crise écologique que traverse Haïti.




Avec une couverture forestière de moins de 2%, une érosion très poussée de nos principaux montagnes, une biodiversité menacée par les pressions humaines (urbanisation non-planifiée, abattage abusif d’arbres, dégradation de l’écosystème marin par les déchets plastiques…), Haïti figure en quatrième position dans la liste des pays le plus vulnérable au monde en matière environnementale (maplecroft, 2013).

À cet effet, pour une compréhension globale sur l’état grabataire de l’espace haïtien, CINECOLO a réuni durant un mois une dizaine d’experts évoluant dans plusieurs champs disciplinaires comme : Christine STEPHENSON (Géographe/aménagiste), Camille CHARLMERS (économiste), Jean André VICTOR (agronome), Jean Vilmond HILAIRE (biologiste), Jean Camille BISSERETH ( spécialiste en éco-tourisme), Arnold ANTONIN (cinéaste), Georges Eddy LUCIEN (Géographe/aménagiste), Daniel OUATCHÉE (spécialiste en éco-développement), Ruth Myrtho CASSÉUS (spécialiste en décentralisation)…

Ces derniers ont abordé plusieurs thèmes : développement durable, agro-tourisme, biodiversité, gestion des déchets, ville durable, etc. Ensuite, ils ont animé plusieurs ateliers sur des documents publics : Lois et règlements d’urbanisme, Accord de Paris, Contribution Prévue et Déterminée au niveau National (CPDN), le Schéma d’aménagement de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, etc.




«Cette activité est une grande première en Haïti en ce qui a trait à l’environnement. Elle m’a permis de comprendre tous les éléments liés à l’environnement et m’incite à agir autrement», estime Vanessa Seïde, venant des Cayes. Pour Sara Cadet, représentant de MADECTH, «cette formation que je viens de recevoir va être transmise dans mon organisation , car il faut désormais qu’une masse critique de jeunes soit constituée pour exiger un meilleur traitement du Ministère de l’environnement ayant seulement 0.5% du budget (2017-2018)», a-t-il affirmé.

Par ailleurs, l’équipe de CINECOLO met déjà le cap pour la réalisation de la troisième édition du festival du film de l’environnement prévue dans une trentaine de villes du 1er au 9 mars 2018 sous le thème «Gouvernance locale et gestion de l’environnement».

Fondée en 2015 à Port-au-Prince, l’association CINECOLO-HAÏTI est une association écologique qui s’inscrit dans une dynamique de promotion d’une transition écologique haïtienne. Elle a pour objectif principal de mener des actions concrètes afin d’attirer l’attention de la population haïtienne sur la nécessité de concilier le progrès économique et social avec la protection de l’environnement.

Samuel Auhsey JOZIL
Journaliste
Tél : +509 3896 0239
Émail : jozilauhseysaj@gmail.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *