Jean Charles Moise: le nouveau maître de la théâtralité politique haïtienne

Il y a un fait constant dans la réal politique haïtienne, c’est qu’on n’étudie pas ou presque peu les acteurs politiques en fonction des paradigmes scientifiques. Si les acteurs ou agents politiques, selon Hannah Arendt, n’agissent qu’en fonction de leur phénoménaliation en posant des » Actions politiques » pour s’émerger dans le cadre du champ social, il est tout aussi important pour les analystes politiques, les universitaires d’expliquer leurs comportements face aux circonstances en mobilisant les théories et concepts y relatifs pour permettre aux gens de situer dans quel cadre s’inscrit l’action politique.




L’acteur politique essaie toujours de saisir les opportunités en vue de poser une action politique. Hannah Arendt , qui a théorisé sur cet aspect, définit une action politique comme « étant toute activité pouvant faire émerger l’acteur »( la condition de l’homme moderne, p-52). Dans cette occurrence, le but de l’action politique ne vise pas la société pour une finalité collective. Au contraire, maniant son langage et nuance ses actes , l’acteur politique ne fait que se “phénoménaliser” pour augmenter, soigner son image, augmenter son coefficient de popularité, ce que Hannah Arendt appelle » La zone sensible de l’acteur « .

En effet, dans l’action politique, le langage de l’acteur est fondamental, car il est le mobile par excellence capable d’influencer les gens. Dans cette dynamique, le langage n’est pas un discours conscient et analytique, il est un discours fabriqué aux caprices de l’autre (celui écoutant le discours politique). Dans ce contexte, le champ social devant lequel l’acteur politique émet son discours devient une scène. Et les gens des spectateurs. D’où la notion de théâtralisation du phénomène politique.

En sorte que l’acteur est un comédien, sa parole devait être prise comme telle. En période électorale fondamentalement, l’acteur politique se convertit profondément en comédien ou comme le saltimbanque du théâtre de boulevard en disant aux gens ce qu’ils veulent entendre. Spinoza avait déjà visité la question en admettant » Que la vérité n’est n’est pas du domaine de la multitude « . Elle a toujours tendance à écouter les mensonges bien dosés que les vérités toutes crues. À cet effet, la foule est dépourvue de tout sens critique des choses. À croire avec Gustave Lebon que » La foule ne délibère pas, mais elle se passionne » ( La psychologie des foules, p-67), on comprend pourquoi les menteurs ont la vie dure en politique dans la mesure où ils utilisent des mensonges bien dosés au lieu des vérités appropriées aux circonstances.

En terme de paradigme de vie politique haïtienne, le théâtre est au cœur des actions politiques. Cette théâtralité a déjà été vue par Justin L’hérisson dans ses romans axés sur le paradigme de vie sociale haïtienne, dans lesquels romans le vernaculaire du politicien haitienr est saisi dans son aspect le plus direct.




Sous ce jour, Jean Charles Moise, l’ancien candidat à la présidence du parti Pitit Dessalines, mérite le détour. Il mérite d’être étudié en fonction de son ambivalence coïncidée: Le politique et le politicien. En politique – quand Jean Charles Moise était sénateur de la république -, il articulait très souvent le politicien qui est en lui. Voulant bénéficier d`un coefficient de popularité élevé, il ne faisait qu’acculer Michel Martelly- président d’alors – en qui il ne voyait aucun signe de progrès. Il pourrait avoir raison, mais le politicien qui le caractérise force souvent la note en attaquant l’ancien président dans son élan d’avancer. Cependant, on ne peut pas faire le décompte des paroles prononcées et qui n’avaient aucune importance pour être citées. En général , selon Hannah Arendt , le mensonge politique est le meilleur outil pour perfectionner son image. À cet effet, l’acteur politique, pour manifester sa présence constante dans l’arène politique doit toujours poser des actions politiques mensongères .t

Saisissons les choses par les faits. Mais, regardons le politique ou encore le discours politique chez Jean Charles Moise. Suite à la publication des résultats de l’élection présidentielle du 25 octobre 2015, Jean Charles Moise a présenté à la presse les procès verbaux qui le placent largement devant sur ses poursuivants immédiats. C’était juste pour mobiliser son électorat dans l’éventualité de son fiasco, parce que ce même Jean Charles Moise, étant placé troisième selon les résultats proclamés, clamait que ce sont des zombies qui ont voté en lieu et places des votants. Le candidat, en agissant ainsi, prouve, comme le croit Hannah Arendt, que le politicien n’est pas un homme de vérité. Ce que Jean Charles Moise ne défie que presque peu.

L’autre point fort de son acabit politique est de pouvoir jouer sur les clichés et les antagonismes sociaux. Le choix de l’appellation de Pitit Dessalines peut5 en témoigner. Le nom de Dessalines dans le contexte de l’appellation d’un parti peut prendre l’aspect de vouloir faire revenir les anciennes querelles de chapelle mettant aux prises les noirs et les mulâtres. Puisque l’acteur politique évolue dans un champ social ( la scène ), il doit tenir compte de la sensibilité de ses spectateurs. Dans ce contexte, parler de Dessalines semble paraître comme une volonté de penser à la nouvelle libération du paysr par la question de la souveraineté nationale, la justice sociale …

Dans ces deux considérations, l’acteur politique n’a fait que vendre son image pour asseoir sa “Zone sensible” . Malheur à celui qui n’aura pas compris.

James Marc Donald ORPHÉE, étudiant en sciences politiques à l’IERAH/IERSS de l’UEH.

One thought on “Jean Charles Moise: le nouveau maître de la théâtralité politique haïtienne

  • September 26, 2017 at 12:07 pm
    Permalink

    C’est Preval qui l’avait propulsè pour des raisons de clan, mais maintenant qu’ il est sans position sur l’èchiquier il croit pouvoir tourner “any” dèrive maladroite du nouveau pouvoir à son avantage. Il a le langage de la foule hèritè de Lavalas qui n’a pas mèritè de la patrie après plus de 20 ans de grandiloquence et de promesses fallacieuses

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *