Pour être Président en 2022, Moïse J.C. doit sortir de l’opposition de contestation!

Moïse Jean Charles est en train de perdre la boule

En 2015, j’encourageais des gens à voter pour Moïse Jean Charles. J’avais même écrit un texte pour étayer les raisons pour lesquelles je voulais qu’il soit président. Cependant, le peuple haïtien , à travers 500 000 mille personnes , a décidé autrement. Mon appel a été vain comme tous les autres appels qui souhaitaient l’élection de Moïse Jean Charles. Jovenel Moïse à gagné l’éléction présidentielle. La chose est que le peuple haïtien est un peuple politiquement démissionnaire, qui ne veut pas assumer ses responsabilités. 500 O00 mille élécteurs ont voté pour Jovenel Moïse dans un pays ayant une population éléctorale estimée à plus de 3 000 000 millions d’élécteurs. Pourquoi la majorité des élécteurs n’ont-ils pas voté? Ont-ils choisi un candidat secrètement? De toute façon, ils ont boudé le processus éléctoral en laissant à une minorité la possibilité de choisir pour eux.




Après cette défaite cuissante de Moïse Jean Charles , je lui avais écris une lettre ouverte pour lui conseiller d’accepter sa défaite. Un processus éléctoral débouche toujours sur un gagnant et un perdant. Tout leader politique devait le savoir. Quand on a échoué dans un processus éléctoral, il faut faire l’examen critique de la stratégie pour laquelle on a opté , pour agir sur ses tares et sur ses faiblesses. Moïse Jean Charles ne s’est pas remis de sa défaite. Au lieu d’agir sur ses faiblesses, il les multiplie.

La principale faiblesse de Moïse Jean Charles et de tout opposant politique haïtien, c’est qu’ils se confinent à une opposition de contestation: Ils dénoncent sans rien proposer. Alors que l’opposition politique est l’autre face du pouvoir. Ou comme a dit l’autre, l’opposition politique est un gouvernement de réserve. L’opposition doit pouvoir offrir une alternative pour pallier les problèmes des gens. C’est là la plus grande erreur de Moïse Jean Charles. Il va passer 5 ans à réclamer le départ du président Jovenel Moïse, sans offrir une alternative, sans agir sur ses points faibles .

Ce faisant, il s’éloigne à petit feu de l’aspiration populaire. Parce que quand in manifeste à Port-au-Prince, ça a des répercussions négatives dans les milieux de province. À ce sujet, j’ai une petite anecdote. En 2015, j’étais à Torbeck dans une réunion où j’encourageais les gens qui y étaient à voter pour Moïse Jean Charles. Au commencement, ils m’écoutaient avec une parcimonie sans égale , sans faire le moindre bruit.

Cependant, tout à changé quand l’un d’eux déclarait : Kòman yo te ka fè vote pou vakabon ki anpeche yon prezidan travay, k ap kraze machin moun…Il a laissé la réunion, et les autres l’ont suivi. À ce moment là , je me suis dit que l’opposition de contestation n’est pas la meilleure forme pour prendre le pouvoir en Haïti. Francky Exius, William Jeanty, Jean Baptiste Bien Aimé, Moïse Jean Charles … ont tous échoué parce que, dans la conception des gens, ils étaient sous l’administration de Michel Martelly des fauteurs de trouble. L’opposition actuelle semble n’a pas retenue cette léçon




Si Moïse Jean Charles veut être président du pays, il doit sortir de l’opposition de contestation dans laquelle il est pour édifier une opposition de propositions. Il doit se conforter dans les milieux de province en expliquant aux gens ses idées, les projets qu’il compte matérialiser pour le pays après le quinquennat du président Jovenel Moïse.Sinon, en 2022, un outsider ou un dauphin de Jovenel Moïse sera président d’Haïti.

James Marc Donald ORPHÉE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *